Sécurité routière : ce qui a changé pour les deux roues

août 3rd, 2015 | by admin
Sécurité routière : ce qui a changé pour les deux roues
Moto
0

Depuis le 1er juillet 2015, écouteurs, oreillettes ou casques audio sont interdits en voiture mais aussi pour les véhicules à deux roues. Une mesure prise suite à la hausse du nombre de tués sur les routes en France, comme l’avait annoncé le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve.

Les détails de cette mesure

Désormais, il est prohibé pour chaque conducteur de porter à l’une ou ses deux oreilles un dispositif susceptible d’émettre du son. Cela inclue les écouteurs, les kits mains-libres, les casques audio tout comme les téléphones qui le sont déjà depuis un certain temps. Un dernier point qu’il est bon de rappeler, puisqu’en effet, l’interdiction ne concerne pas uniquement le fait de discuter au téléphone via un moyen ou un autre mais aussi l’écoute de musique et de la radio. Pour faire simple, tout dispositif en contact avec les oreilles est interdit.

Sachez tout de même qu’en conduisant, les systèmes montés dans les véhicules ou les casques de moto restent tolérés. De même que les appareils pour malentendant et ceux réservés aux véhicules d’urgence ou à la formation à la conduite sur les deux-roues motorisés.

Qui est concerné ?

Cette interdiction concerne tous les chauffeurs de véhicules, c’est-à-dire les voitures, poids lourds mais aussi les motos, scooters, cyclomoteurs et même les vélos.

Les vélos aussi !

La sécurité routière s’applique à tous : plus de musique à vélo ! Les casques et écouteurs sont aussi à oublier pour les cyclistes, que ce soit pour écouter de la musique ou pour téléphone. Cette mesure peut paraître incompréhensible, mais elle relève bel et bien d’une démarche d’évolution des comportements pour davantage de sécurité. En effet, que l’on soit automobiliste ou non, ces accessoires « bouchent » les oreilles, privant ainsi l’utilisateur de toute sa concentration sur la route, qui nécessite d’être attentif aux moindres détails autour de soi.

Bien entendu, tout écart à la loi génère une sanction, cycliste ou non. Celle-ci sera appliquée même si seulement un des deux écouteurs était porté au moment de l’interpellation par un représentant de la loi : aucune excuse ne sera possible.

Quelles sont les sanctions ?

Tout conducteur ne respectant pas cette loi risque une contravention de 4ème classe. 135 € d’amende ainsi qu’un retrait de 3 points sur le permis sont à prévoir, d’autant plus qu’un renforcement des contrôles est instauré afin que ces nouvelles règles soient respectées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *